Pétitions

SIGNATURE DE PÉTITION : LES SALARIES CASINO EN COLÈRE

Dans le groupe CASINO la précarité s’installe dans toutes les filiales , les salaires qui stagnent , les conditions de travail qui se dégradent considérablement ,ainsi qu’ un manque notoire de personnel  font que le ras le bol grandit chaque jour dans les établissement, et que la colère des salariés monte.

Salariés du groupe signé la pétition et internote soutenez nous en signant ci-dessous :

http://www.petitionduweb.com/Petition_les_salaries_casino_en_colere-1002241.html 

 

 MERCI A TOUS.

L’ELECTION des CONSEILLERS PRUD’HOMMES, JE SIGNE POUR !

Par un article du projet de loi sur la démocratie sociale qui doit être soumis au Parlement au printemps 2014, le gouvernement pourrait être autorisé à procéder par ordonnance pour remplacer cette élection par un mécanisme désignant les conseillers prud’hommes sur la base de la nouvelle mesure de la représentativité syndicale.

Cette suppression de l’élection des conseillers prud’hommes au suffrage universel est une attaque à la citoyenneté et un déni de démocratie :
- 5 millions de chômeurs, ainsi que les travailleurs précaires, se verraient privés de toute expression vis-à-vis de leurs juridictions prud’homales, ne participant pas aux élections des représentants du personnel au sein des entreprises, scrutin sur lequel la représentativité syndicale est désormais mesurée …
- 5,4 millions de salariés ne pourraient pas faire entendre leur voix en 2015 n’ayant pas été pris en compte dans la mesure de la représentativité actuelle

C’est tout simplement inadmissible !
Élus tous les 5 ans au suffrage universel, les conseillers Prud’hommes sont une force inestimable pour les salariés qui veulent obtenir réparation d’un préjudice subi de la part de leur employeur, qu’ils soient précaires, privés d’emploi ou retraités.
Avec la CGT, j’exige le maintien des élections prud’homales en 2015 !

 

Ne laissons pas faire !

Exigeons la tenue des élections prud’homales en 2015

Signez et faites signer la pétition en ligne sur le site de la CGT : http://www.cgt.fr/Suppression-des-elections-prud.html

 

 

 

Pétition 8 responsables syndicaux mis en examen :

NON à la criminalisation de l'action syndicale !

Pour:Directions d'EDF-GDF-eRDF-GrDF-RTE ;

Président de la République ;

1er Ministre ;

Groupes parlementaires

!!! 8 militants du syndicat CGT Energie Paris MIS EN EXAMEN !!!

- Parce qu’ils avaient avec 200 agents, refusé le licenciement de Nacima, mère célibataire d’un enfant de 4 ans, salariée handicapée, et témoin d’un accident de travail que la direction voulait dissimuler,
- Parce qu’ils avaient avec 200 agents, dénoncé la falsification de son dossier, permettant ainsi de justifier son licenciement,
- Parce qu’ils avaient avec 200 agents, raccompagné Nacima le 14 février 2008, jour de son licenciement, à son poste de travail, exigé sa réintégration et dénoncé les pratiques honteuses de la direction locale,

8 militants du syndicat CGT Energie Paris, Cédric LIECHTI, Marc TREMENT, Catherine FLECHARD, Gérard DEL MASCHIO, Christian POURRE, Patrice PERICHOU et Gérard HAMON ainsi qu’un 8ème Camarade ont été mis en examen le 27 décembre 2012 par le juge Roger LELOIRE, dans le cadre d’une procédure correctionnelle.

Hormis de lourdes amendes, ces 8 militants risquent aujourd’hui une peine de prison en regard de l’article 431-1 du Code Pénal ainsi que la déchéance de leurs droits civiques.

Cette politique d’acharnement et de haine anti syndicale menée depuis 4 ans par la direction ErDF Paris est inacceptable et fait peser de graves dangers sur les libertés syndicales.
- Une 1ère plainte déposée en juin 2008 par le directeur ErDF Paris avait été classée sans suite par le Procureur de la République. Mais qu’importe !!
- Une 2ème plainte avec la complicité de 2 cadres a été déposée entraînant obligatoirement la désignation d’un juge d’instruction.
- Un camarade mis en examen aujourd’hui avait déjà été traduit en conseil de discipline et déclassé, subissant ainsi une perte de salaire mensuel de 300 euros.
- D’autres camarades avaient déjà été déclassés avec une perte de salaire mensuel de 70 euros ou sanctionnés d’un blâme
- Le dossier présenté par la direction à la justice a été monté de toute pièce, n’hésitant pas à contredire les rapports d’huissiers et présentant les grévistes comme des barbares

En fait ce que ne supporte pas la direction ErDF Paris, c’est que la CGT Energie Paris se mettent en travers de sa politique de privatisation et de recul social en défendant les intérêts des agents et des usagers au quotidien que ce soit :
1. dans la conflictuelle négociation Aménagement du Temps de Travail où la direction voulait imposer à 2/3 des agents, 25 jours de travail supplémentaires par an sans augmentation de salaire
2. sur la dégradation des conditions de travail et des salaires (+0,6% en 2013 pour une augmentation du coût de la vie de 1,7% - Source INSEE)
3. sur l’augmentation vertigineuse des tarifs du gaz et de l’électricité depuis l’ouverture du capital des 2 entreprises (depuis 2004, +65% pour le gaz et +20% pour l’électricité)

EN CRIMINALISANT L’ACTION SYNDICALE, la direction veut, par la peur, tenter de créer un désert syndical et interdire toutes formes d’expression du Personnel et de la CGT.
Cela lui permettrait de mener sa politique de casse et de recul social sans résistance face à elle !!

NON A LA RÉPRESSION ET A LA CRIMINALISATION DE L'ACTION SYNDICALE !

Signer la pétition ici :  http://www.petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=P2013N34639

 

Monsieur le Président : il faut amnistier les syndicalistes !

Les cinq dernières années passées sous la présidence de Nicolas Sarkozy auront constitué pour le monde du travail un désastre incommensurable, avec la destruction méticuleuse et méthodique du modèle social français. Du système des retraites au code du travail, en passant par la protection sociale et les services publics, aucune spécificité sociale française n’aura échappé au rouleau compresseur libéral.

Signer la pétition du PCF:  http://Monsieur le Président : il faut amnistier les syndicalistes

ou

Signer la pétition sur le site front de gauche: http://www.placeaupeuple2012.fr/amnistie/


 

Non à la casse de l’usine de PSA Aulnay

Vous pouvez signer la pétition ci-dessous.

 

L’eau et l’assainissement doivent relever du service public

 

L’eau est un bien vital, fondamental, social, et un patrimoine commun à tous les êtres humains. Cette ressource unique ne peut être remplacée par aucune autre. Elle est aussi indispensable que l’air à la vie et elle participe à l’équilibre écologique, au maintien de l’environnement naturel, de sa diversité et de sa qualité.

Aussi la politique de l’eau et de l’assainissement doit s’inscrire dans une approche de développement durable qui permette que cette ressource réponde aux besoins actuels des populations et soit préservée pour assurer ceux des générations futures. Cette politique doit revêtir une dimension internationale. Que cela soit en France, en Europe ou dans le monde, beaucoup d’êtres humains n’ont pas accès à cette ressource vitale. Aussi, nous soutenons la conception des Nations Unies reconnaissant le droit universel pour un accès à une eau potable et buvable en quantité suffisante, et à l’assainissement. L’Eau n’est pas une marchandise ! La recherche de profits sur cette ressource doit être combattue, qu’elle soit publique ou privé ! L’Union Européenne ne doit plus soumettre ces activités aux règles du marché intérieur et à la libéralisation des services, faisant le jeu des groupes privés.

Pour la CGT, la politique de l’eau doit reposer sur des principes fondamentaux :

- 1. affirmer que l’eau n’est pas une marchandise ;
- 2. établir l’eau comme un bien commun universel, accessible de droit en quantité et qualité à chaque être humain ;
- 3. affirmer que l’eau relève du domaine public dans le cadre d’un service public national de l’eau et de l’assainissement garantissant le droit à l’eau, à tous les citoyens ;
- 4. organiser la planification de la gestion des ressources et des usages pour tenir les objectifs de bonne qualité écologique des eaux et de reconquête des milieux aquatiques ;
- 5. promouvoir et favoriser l’intervention démocratique participative des citoyens et des salariés, associée à la transparence dans la gestion de l’eau, et par la réforme des instances de gouvernance de tous niveaux associant tous les intervenants avec une participation équilibrée ;
- 6. promouvoir et si nécessaire imposer les solutions et procédés de maîtrise des consommations, de prévention des rejets et de dépollution des eaux en dernier ressort ;
- 7. Agir pour la préservation de l’eau et de sa ressource, en sanctionnant et responsabilisant fortement les pollueurs, et en interdisant l’utilisation de produits ou procédés risquant de polluer ce bien commun. L’universalité de ces principes confère de fait à cette politique une portée internationale pour l’action de la France en Europe et dans le monde.

L’EAU et L’ASSAINISSEMENT sont un DROIT HUMAIN ! L’EAU est un BIEN PUBLIC, PAS une MARCHANDISE !

Signez la pétition en téléchargeant le formulaire ci joint et renvoyez la par courrier à la CGT Coordination des Luttes, 263 rue de Paris, 93516, Montreuil-Cedex.

Plus d’informations sur le site www.right2water.eu/fr

 

Nice : Signez la pétition contre l’expulsion de la CGT par le maire de Nice

 

A l’initiative de l’Union Départementale de la CGT des Alpes- Maritimes, une mobilisation de grande ampleur est à l’œuvre. Des centaines de personnes se sont rassemblés à Nice, le lundi 18 juin 2012.

Plusieurs dizaines de militants CGT occupent depuis les locaux historiques de l’Union départementale, bâtiment « Aigle d’Or-Palais Bona », place St François à Nice.

Cette mobilisation se poursuivra jusqu’à ce que le maire UMP de Nice, Christian Estrosi renonce à expulser la CGT des locaux qu’elle occupe depuis la Libération.

La CGT estime que l’ancien ministre de l’industrie de Nicolas Sarkozy fait payer à notre organisation syndicale son engagement pour stopper la politique antisociale à l’œuvre depuis cinq ans.

La CGT condamne l’attitude scandaleuse de Monsieur Estrosi, et réaffirme son engagement aux côtés de l’Union départementale CGT des Alpes-Maritimes.

Face à un tel déni de démocratie, à cette vengeance politique, la CGT apporte son soutien plein et entier à son union départementale. Elle invite tous les salariés, les syndicats et les organisations syndicales à soutenir cette mobilisation en signant la pétition de l’UD CGT 06, en rejoignant le comité de soutien et en participant aux prochaines manifestations.

La CGT condamne par avance tout recours à la force publique et à l’intimidation judiciaire.

Signez la pétition en ligne sur le site de la CGT

 


 

Pas d'Europe sans citoyens !
 
Lettre ouverte à François Hollande pour un référendum sur le Pacte budgétaire :
A signer et faire circuler !
 
La crise européenne est arrivée à un point crucial. Aveugles volontaires, nos dirigeants s’obstinent dans des politiques brutales d’austérité alors que la crise provient des dérives de la finance et de l'absence d'une véritable solidarité européenne.
 
Le "Pacte budgétaire" a été élaboré par Angela Merkel et Nicolas Sarkozy pour corseter définitivement les politiques économiques, et imposer l'austérité au mépris du débat démocratique et contre les aspirations des peuples.
 
François Hollande se prépare à le faire ratifier par le Parlement nouvellement élu s’il parvient à faire adopter tout ou partie du "Pacte pour la croissance" qu’il propose aux autres dirigeants européens. Mais seul un débat démocratique avec une large participation populaire peut légitimement trancher sur des enjeux aussi essentiels.
 
A l’initiative d’Attac et de la Fondation Copernic, des responsables associatifs, syndicaux et politiques et des chercheurs (voir la liste ci-après) lancent une lettre ouverte à François Hollande : "Non au Pacte budgétaire, pas d’Europe sans citoyens !", demandant l’organisation d’un débat tranché par un référendum.
 
 
Bien à vous,
L’équipe pétition Pacte budgétaire



 

Pétition nationale de la CGT :

Ni coupable, ni responsable ! Les salariés n’accepteront pas de payer la crise !

 

La CGT appelle les salariés à signer la pétition ci-dessous:

" Le Président de la République et le gouvernement s’apprêtent à prendre de graves mesures antisociales comme, par exemple l’instauration de la TVA dite « sociale », l’attaque contre le droit du de travail, une attaque sans précédent contre la protection sociale.

Le gouvernement culpabilise, chaque jour un peu plus, les salariés sur le coût du travail « trop cher », sur le temps de travail, les 35 heures. La violence faite au monde du travail est inacceptable !

Les banques, les spéculateurs se sont remplis les poches pendant des décennies, encore aujourd’hui en spéculant sur la dette des états.

Je dénonce les mesures qui visent à faire payer la crise aux salariés, chômeurs et retraités, plus fortement envers les femmes et les jeunes. Je dénonce les suppressions d’emplois dans le privé et dans le public.

Nous ne sommes pas responsables de la crise ! Les salariés n’accepteront pas de payer la crise !

 

•      => Je soutiens la campagne de la CGT pour le développement de l’industrie et le service public, pour sortir de la crise.
=> Je soutiens la revendication de la CGT de revaloriser les salaires, les pensions et les minima sociaux, pour sortir de la crise.
=> Je soutiens la proposition de la CGT de la réappropriation des banques par la puissance publique pour sortir de la crise.
=> Je soutiens la proposition de la CGT pour l’âge de départ de la retraite à 60 ans"

 

Télécharger la pétition, signer là et renvoyer là à l'adresse ci-dessous:     Pétition.pdf

La coordination des espaces confédérales

la CGT, case 4-1, 263 rue de Paris - 93516 Montreuil cedex.


Le collectif pour un audit citoyen de la dette publique

D’où vient la dette ? A-t-elle été contractée dans l’intérêt général, ou bien au bénéfice de minorités déjà privilégiées ? Qui détient ses titres ? Peut-on alléger son fardeau autrement qu’en appauvrissant les populations ? Ces questions, de plus en plus nombreux sont ceux qui se les posent. Dans toute l’Europe et en France un large débat démocratique est urgent, car les réponses apportées à ces questions détermineront notre avenir.
C’est pourquoi des citoyens, organisations syndicales et associatives, soutenus par plusieurs formations politiques, ont décidé de créer un collectif national pour un audit citoyen de la dette publique, afin de porter ce débat au cœur de la société.


Signataires à ce jour du texte de référence (membres du collectif) :
Act Up-Paris, Agir ensemble contre le chômage (AC!), AITEC, Amis de la Terre, Attac, CADTM, CEDETIM, Collectif National pour les Droits des Femmes, Collectif Richesse, Confédération CGT, Convergence SP, Coopérative DHR, Economistes Atterrés, Emmaüs International, Fédération Syndicale Unitaire, Finances CGT, Fondation Copernic, Indecosa-CGT, L’Appel des Appels, Ligue des Droits de l’Homme, Marches Européennes, Mouvement Utopia, Réseau Education Populaire, Résistance Sociale, SNESUP, Sud BPCE, Union SNUI-SUD Trésor Solidaires, Union syndicale Solidaires.


En soutien : Alliance Ecologiste Indépendante, Alternatifs, Europe Ecologie Les Verts, FASE, Gauche Unitaire, M’PEP, NPA, Parti Communiste Français, PCOF, Parti de Gauche, Parti pour la décroissance


Observateurs : Acrimed, Alternatives Economiques, Droit au logement (DAL), Désobéissants

Signature de la pétition: Le collectif pour un audit citoyen de la dette publique